Lauréats 2018

Découvrez tous les lauréats des Bourses de Recherche

Mylène AUGIER

L’engagement interpersonnel du bébé d'âge préverbal avec sa mère et une personne non familière dans un contexte de chant adressé au bébé, une étude naturaliste à la Martinique

La Martinique connaît un bilinguisme particulier : français et créole. Les bilingues y valorisent en général le français plutôt que le créole. Dans ce contexte, l’objet de la thèse de Mylène Augier, actuellement doctorante en psychologie à l’université Paris-Nanterre, est de vérifier l’engagement social des bébés – avant leur accès au langage verbal – lorsque leur mère et une autre personne, non familière, interprètent une chanson en français et une chanson en créole.

L’hypothèse de la jeune femme est que "les bébés perçoivent les statuts sociaux de leurs langues natales" et que par conséquent, ils seront davantage engagés par une chanson en français qu’en créole.

La réalisation de cette thèse passe par un travail de terrain auprès d’enfants préverbaux en Martinique – l’attention visuelle, les mouvements corporels, les vocalisations et les sourires des enfants – ainsi que par l’étude des situations d’interaction propres à chacune des langues natales, grâce à un journal de bord que les parents seront chargés de remplir.

Naomi DOWNES

Coparentalité et stratégies de coping dyadique chez les parents d’un enfant ayant un trouble du spectre de l’autisme après l’annonce du diagnostic

En France, quelque 100 000 personnes de moins de vingt ans présentent un trouble du spectre de l’autisme (TSA). Leurs parents souffrent davantage de stress que les parents d’enfants au développement typique ou même d’enfants qui présentent d’autres troubles du développement.

Or les études sur les relations à l’intérieur de ces familles se sont longtemps concentrées sur les rapports mère-père, père-enfant ou mère-enfant, dits "interactions dyadiques". La psychologue Naomi Downes, quant à elle, veut explorer les "interactions triadiques" entre la mère, le père et l’enfant, soit "la manière dont les parents peuvent utiliser leur relation de couple comme un soutien face au stress". L’enjeu est de taille pour les familles concernées et leurs enfants, puisque, explique-t-elle, "une bonne qualité du coparentage et un climat émotionnel positif favorisent un environnement d'apprentissage positif pour l’enfant".

Par une approche à la fois quantitative et qualitative, l’étude s’efforcera de répondre aux questions suivantes : l’évaluation cognitive du stress ressenti par soi et par l’autre parent peutelle réduire le niveau de ce stress ? Quel rôle joue le sentiment de compétence parentale dans le stress ressenti ? Un coping dyadique positif du couple permet-il effectivement une meilleure qualité de la relation coparentale ?

Audrey VIALATTE

Prévention et remédiation de la dyslexie de type visuel

Au Centre de recherche en neurosciences de Lyon (Inserm/CNRS/Universités Lyon-1 et Saint-Etienne), Audrey Vialatte consacre sa thèse à la "prévention et remédiation de la dyslexie de type visuel".

Également soutenu par la Fondation de France, son projet de recherche a pour objectif de mieux comprendre "les aspects visuo-attentionnels impliqués dans l’apprentissage de la lecture". Certains dyslexiques souffrent, en effet, d’une réduction du champ visuel fonctionnel, avec pour conséquence une difficulté à identifier un nombre suffisant de lettres au sein d’une séquence, ce qui constitue une entrave significative à l’apprentissage de la lecture.

Orthoptiste de formation, la jeune femme souhaite notamment procéder à l’évaluation de protocoles de repérage visuel sur tablette numérique pour la remédiation des dyslexies de type visuel, ainsi que pour le diagnostic précoce. À terme, sa thèse vise à nourrir des programmes de prévention de la dyslexie dans les crèches et les écoles maternelles.