Lauréats

Lydia HADJ-AHMED

Bourses de Recherche - 2017

Etre enfant pendant la guerre d’indépendance algérienne (1954-1962)

Agrégée d’histoire et étudiante à l’École Normale Supérieure, Lydia Hadj-Ahmed a consacré son mémoire de Master 2 au quotidien des civils dans deux villages de Grande-Kabylie pendant la guerre d’Algérie, la "guerre d’indépendance". Elle souhaite poursuivre ce travail à l’université de Rouen en consacrant sa thèse au vécu des enfants durant la guerre, grâce à un recueil d’entretiens oraux à mener assez rapidement, les témoins directs de la guerre s’éteignant peu à peu.

Son travail sera organisé autour de trois problématiques :

  1. La compréhension de ce qu’est un enfant "musulman" dans l’Algérie coloniale des années 1950, tout d’abord : son identité "indigène" est-elle comparable à celle de ses parents ?
  2. Le vécu concret de la guerre par les enfants, ensuite : quelle part y ont-ils pris, quelle était la situation des enfants dans des familles aux pères ou aux frères absents ?
  3. Et enfin, la représentation de la guerre par les enfants : en quoi diffère-t-elle de celle de leurs aînés ? Varie-t-elle selon le sexe ?

Son objectif est de "renouveler l’historiographie de l’enfance en guerre", une discipline apparue dans les années 1990, en se plaçant du point de vue de l’enfant lui-même et de la spécificité de son regard, et ce, sur un terrain peu exploré – celui des colonies. Cela implique notamment de s’intéresser aux stratégies d’adaptation des enfants, considérés "comme des acteurs à part entière et non simplement comme des victimes passives".

Les publications de Lydia HADJ-AHMED

05 janvier 2018

Deux villages en guerre (1954-1962). Vie quotidienne dans deux villages de Grande-Kabylie pendant la guerre d’indépendance algérienne : Aït-Bouadda et Moknéa

Ce mémoire décrit les conditions économiques, sociales et politiques de vie – et de survie – de villageois kabyles pendant la guerre d’indépendance. Il donne ainsi voix à ceux que le ré... En savoir plus