Entretien avec Mylène HUBIN-GAYTE

Mylène HUBIN-GAYTE

09 décembre, 2011

Psychologue diplômée d’Etat depuis 1988, j’ai obtenu mon doctorat de psychologie à l’université de Paris X, en 1994, pour une thèse consacrée à « l’approche différentielle de la consolabilité des nourrissons et des pratiques maternelles d’apaisement ».
 
L’apaisement est un contexte particulier d’interaction dans lequel interviennent les caractéristiques du bébé comme sa consolabilité, son irritabilité, sa motricité, ainsi que le style d’apaisement maternel. Une adaptation réciproque, progressive, entre les deux partenaires a lieu dès la naissance, influençant la nature des interactions et par conséquent la mise en place de la relation d’attachement entre la mère et l’enfant.
 
Recherche, clinique, formation
 
Depuis, j’ai poursuivi une triple activité de recherche, clinique –en maternité, en crèche et en libéral –et de formation auprès de psychomotriciens, orthophonistes, sages-femmes, éducateurs, médecins, psychologues et étudiants en psychologie. Entre 1994 à 2010, je me suis consacrée à l’enseignement universitaire en tant que maître de conférences et j’ai été chercheur dans différents laboratoires (UPJV, Paris VII, psychopathologie périnatale).
 
Relations précoces du bébé
 
Mes thèmes de recherche privilégiés sont les relations précoces entre le bébé et son entourage, la psychopathologie périnatale (dépression du post-partum, troubles des conduites alimentaires), le tempérament du nourrisson, ainsi que les relations mère-jumeaux. J’ai écrit de nombreux textes sur le sujet dans des livres, des revues grand public et des publications universitaires, notamment Les Jumeaux du pareil au même (Gallimard, « Découvertes », 1998) et Les Bébés (Le Cavalier Bleu, 2001). J’interviens régulièrement dans des colloques nationaux et internationaux.

RETOUR à LA LISTE DES INTERVIEWS