Entretien avec Marie-Camille GENET

Marie-Camille GENET

09 décembre, 2011

Psychologue clinicienne, j’ai suivi une spécialisation (DU)en Psychiatrie infantile et consacré mon Master 2 Recherche à Paris V à « l’analyse des interactions mère-bébé » dans le cadre du projet PILE (Programme International pour le langage de l'enfant) dirigé par le Pr.Golse, à l’hôpital Necker.
 
Puis, j’ai participé au prix de Recherche-Action « Mieux repérer les vulnérabilités maternelles au cours de la grossesse afin de les prendre en charge et de prévenir les possibles dysfonctionnements interactifs mère-bébé », Prix de la recherche-Action de la Fondation Mustela décerné à la psychiatre Valérie Garez en 2009.
 
 
Impact de la psychopathologie maternelle
 
Dans le cadre de ma thèse, je réalise un suivi longitudinal de dyades mères borderline/état-limite-enfants (de 0 à 8 ans), afin de comprendre l’impact de la psychopathologie maternelle sur l’enfant et d’avoir accès au fonctionnement psychique de ces derniers. Cela, dans le but de pouvoir mettre en place des prises en charge adaptées pour ces familles. Il s’agit de pouvoir comprendre comment l’enfant se construit psychiquement au sein de cette intersubjectivité parfois troublée, en partant de l’observation des interactions mère-bébé puis en revoyant ces dyades à des âges clés.
 
 
Suivi des femmes enceintes et accouchées
 
La bourse de la Fondation Mustela eu un effet stimulant : un comité scientifique de renom reconnaissait que mon travail avait du sens, c’est tout aussi important que l’aspect financier. Depuis, j’ai continué à mener parallèlement une activité de recherche et une activité clinique en maternité. J’y effectue le suivi des femmes enceintes et accouchées et j’y assure la liaison avec l’Unité PPUMMA (Psychiatrie Périnatale d’Urgence Mobile en Maternité).

RETOUR à LA LISTE DES INTERVIEWS