Entretien avec Céline DUBOIS

Céline DUBOIS

16 décembre, 2011

C’est dans le cadre de ma formation de Master que j’ai commencé à m’intéresser aux pratiques rituelles entourant la maternité et la petite enfance dans le monde grec antique.
 
 
Devenue enseignante d’histoire-géographie en 2007 et chargée de cours à l’université de Nice (2010-2011), j’ai choisi d’entamer un travail de doctorat sur ces thématiques, en prêtant une plus grande attention aux enjeux sociaux et anthropologiques qu’elles me permettaient d’aborder.
 
 
La naissance et la petite enfance, des moments à redéfinir ?
 
Face aux lacunes des textes, la petite enfance n’a jamais été prise comme un sujet d’étude à part entière. C’est pourquoi je souhaite montrer combien la naissance, et plus globalement la maternité, sont des moments à l’importance particulière, ce que démontre toute une série de rituels et de processus d’intégration qui visent à donner aux bébés une identité précise au sein des différents cercles qui composent la société grecque (famille restreinte, élargie, cité).
 
 
 
Des sources épigraphiques, iconographiques et archéologiques
 
Pour mener à bien ce travail, une confrontation de l’ensemble des sources est indispensable : les textes d’auteurs anciens, les inscriptions qui témoignent souvent de liens affectifs forts, l’iconographie et surtout l’archéologie funéraire. Ce dernier point est essentiel dans mes recherches car il constitue le témoignage le plus direct de la place de l’enfant au sein des différentes communautés.
 
Cette thèse ambitionne donc d’enrichir, par une meilleure évaluation de la petite enfance, la connaissance des sociétés anciennes, et d’apporter un éclairage nouveau et original sur les évolutions contemporaines de la famille. Par la suite, je souhaite poursuivre mes recherches autour des thèmes de l’enfance mais aussi du genre dans le monde grec antique.

RETOUR à LA LISTE DES INTERVIEWS