#Sociologie | #Prix de Maïeutique

Construire le corps féminin à travers les pratiques obstétricales à Phnom Penh, Cambodge

05 janvier, 2018 | Clémence SCHANTZ

Résumé de la thèse de socio-démographie de Clémence Schantz intitulée « Construire le corps féminin à travers les pratiques obstétricales à Phnom Penh, Cambodge ». 
 
Au Cambodge, le taux de mortalité maternelle a baissé des trois quarts entre 1990 et 2015. Ce succès, dû à des politiques publiques volontaristes, s’explique notamment par la médicalisation croissante de l’accouchement (80 % en 2014 contre 10 % en 2000). Cela étant, l’observation des pratiques obstétricales à Phnom Penh et en milieu rural révèle que certains hôpitaux pratiquent des épisiotomies systématiques et que le taux de césariennes dans la capitale a presque triplé en quinze ans, dépassant depuis le début des années 2000 le seuil de 10 % recommandé par l’OMS. Dans cette recherche, le corps des femmes a été appréhendé comme un corps social et politique, révélateur des rapports sociaux. 
 
Page d’annonce de la soutenance de thèse, Sorbonne, décembre 2016 : https://indomemoires.hypotheses.org/tag/clemence-schantz
Rédigé par
Clémence SCHANTZ
Sage-femme et sociologue

RETOUR à LA LISTE DES PUBLICATIONS