Lauréats

Bénédicte MARCHINA-ANDURAND

Prix de Recherche Action - 2021

Communiquer avec les nourrissons très vulnérables en réanimation

  • Thème: Les accueils de l'enfance : approches innovantes (maison de l'enfance, dispositifs périscolaires, pouponnières, autres)

 

 

Psychologue clinicienne au service de médecine intensive de l’hôpital universitaire Robert Debré à Paris, le plus grand hôpital universitaire d’Europe consacré exclusivement aux femmes et aux enfants, Bénédicte Marchina-Anduranda remporté le Prix de Recherche-Action 2021 pour un projet consacré à "l’élaboration d’un dispositif d’observation filmée pour soutenir les compétences communicationnelles précoces atypiques des nourrissons vulnérables en réanimation pédiatrique". Depuis 2020, Bénédicte Marchina-Andurand –également formatrice en communication gestuelle– est en doctorat de psychanalyse et psychopathologie à l’université de Paris.

 

Portée par une équipe de neuf personnes, dont quatre médecins réanimateurs et un responsable audiovisuel, cette recherche-action vise à mieux comprendre, pour mieux l’accompagner, la communication des nouveau-nés et des nourrissons hospitalisés en long séjour en réanimation pédiatrique. Ce sujet reste en effet mal connu, alors que ces enfants, dépourvus de langage verbal et soumis à des soins intenses, sont extrêmement vulnérables.

 

L’hypothèse centrale en est que ces nourrissons ont, comme les autres, une appétence naturelle pour entrer en relation avec leur entourage et aussi le besoin de trouver un écho à cette recherche de lien. L’objectif est donc de permettre aux parents et aux soignants de mieux déchiffrer les signaux envoyés par ces enfants, signaux affaiblis et inhabituels puisqu’entravés par la maladie, les techniques ventilatoires, la sédation : mimiques, gestuelles, sons aux diverses tonalités, agrippements, regards… Et ce, dès la période d’hospitalisation, afin d’en limiter les séquelles et de permettre une sortie de l’hôpital dans les meilleures conditions.

 

Un documentaire d’une trentaine de minutes sera réalisé à cet effet, pour montrer l’évolution –ou non– des signes communicationnels de cinq nourrissons en réanimation. Parallèlement, les soignants seront formés au repérage et à l’identification des signes de stress et de bien-être de ces bébés. Ultérieurement, pour s’adresser à la fois aux professionnels et aux familles, l’équipe prévoit des communications et des publications dans un cadre scientifique, et la parution d’un rapport final de recherche, « À quoi est sensible ce bébé ? », destiné au grand public.