Lauréats

Aurélie RACIOPPI

Bourse de Recherche en Maïeutique - 2019

Les interruptions de suivi dans la prise en charge du diabète gestationnel : approche sociologique

Sage-femme clinicienne à l’hôpital Necker-Enfants malades, Aurélie Racioppi prépare une thèse en sociologie de la santé (université Paris-Diderot) sur « les interruptions de suivi dans la prise en charge du diabète gestationnel : approche sociologique ». Elle souhaite ainsi décrire les « négociations dans la relation soignant-soigné » autour de la prise en charge du diabète gestationnel.

En effet, les enquêtes épidémiologiques révèlent que certains groupes sont davantage exposés au diabète gestationnel : les femmes originaires d’Afrique, avec une prévalence plus élevée (près de 14 % contre 8 % en moyenne), ainsi que les femmes ayant un niveau d’études inférieur au baccalauréat (9,4 % versus 5,6 % pour les niveaux licence et plus) et les ouvrières (11,3 % contre 5,8 % pour les cadres). Or aucune étude ne concerne la qualité des soins dans la prise en charge de cette pathologie.

C’est justement l’influence de ces paramètres – l’origine ethnique et la classe sociale – sur la relation de soin que souhaite étudier Aurélie Racioppi, c’est-à-dire leur rôle dans les représentations subjectives des soignants. Une interrogation d’autant plus intéressante que le soupçon "d’inobservance" des préconisations contre le diabète pèse plus lourdement sur les groupes "à risque" que sur les autres. Au total, la thèse propose « d’analyser en quoi l’usage de la notion d’observance (…) réactualise des rapports sociaux de sexe, de "race" et de classe ; et participe de la (re)production ou non, des inégalités sociales de santé en maternité ». Elle vise aussi à comprendre « comment les femmes enceintes diabétiques contribuent à ces usages et discours autour de l’observance », se les approprient, les ajustent ou s’en affranchissent. La thèse sera nourrie d’observations de terrain dans deux maternités franciliennes, d’une part et d’autre part, d’entretiens sociologiques approfondis avec les soignants et les femmes enceintes diabétiques.