Lauréats

Anaïs LEROY

Petite enfance et multi-handicap, compétences relationnelles et appétence de l’enfant à interagir avec l’adulte et avec des pairs

Étudiante à l’UFR de psychologie de l’université de Rouen, Anaïs Leroy consacre sa thèse au sujet suivant : "Petite enfance et multi-handicap, compétences relationnelles et appétence de l’enfant à interagir avec l’adulte et avec des pairs". L’objectif de son travail est de comprendre, chez les enfants de 0 à 6 ans atteints de déficiences multiples, "ce qui peut favoriser ou entraver le déploiement des compétences interactionnelles". Elle souhaite aussi évaluer si la multiplication des professionnels auprès de ces enfants a des conséquences sur leurs capacités et leur désir d’interagir avec des adultes et avec des pairs d’âge. La pertinence de cette présence professionnelle constitue en effet une préoccupation importante pour les équipes de soins et d’éducation, notamment au CAMPS (centre d’action médico-sociale précoce) de Rouen. Pour réaliser sa thèse, Anaïs Leroy s’appuie sur l’expertise des parents et des professionnels, ainsi que sur l’observation de six enfants fréquentant le CAMPS de Rouen. Dans ses observations, elle attache une importance particulière aux liens entre enfants. L’expertise Inserm "Handicap rare" de 2012 souligne en effet que les professionnels et les dispositifs d’aide proposés en France se centrent trop sur la mère de l’enfant, laissant dans l’ombre son père, mais aussi ses frères et sœurs. In fine, c’est à une meilleure inclusion dans le milieu ordinaire de ces enfants handicapés – puis des adultes qu’ils deviendront – que la thèse d’Anaïs Leroy doit contribuer.