Lauréats 2015

Découvrez tous les lauréats des Prix de Maïeutique

Hélène MALMANCHE

Corps, enfantement, filiation. L’institution de la famille contemporaine

Sage-femme à la maternité des Bluets (Paris), Hélène Malmanche consacre sa thèse de sociologie, réalisée à l’EHESS/Paris-2, au sujet suivant : "Corps, enfantement, filiation. L’institution de la famille contemporaine".

Le lien entre enfantement, engendrement et filiation est remis en cause par les techniques de procréation médicale assistée (PMA), et c’est ce qui intéresse la chercheuse. À travers une approche pluridisciplinaire alliant investigation anthropologique (observation) et sociologique (conduite d’entretiens), la jeune femme veut comparer l’institution des statuts sociaux à travers les "rites de parentalité" en France, aux États-Unis et en Belgique. Pour cela, elle procédera à une analyse de la littérature médicale et des dispositions juridiques dans ces trois pays.

Le parti-pris méthodologique d’Hélène Malmanche est d’étudier les marges pour éclairer la norme. Elle comparera donc les divers modes d’accession à la parentalité contemporaine : couples de femmes ayant recours à un don de sperme (20 cas différents), couples hétéro- ou homosexuels ayant recours à la gestation pour autrui (GPA) (30 cas), femmes ayant recours au don d’ovocyte (20 cas) et couples "ordinaires" (30 cas), "majorité silencieuse trop souvent oubliée par les sciences sociales", estime-t-elle. Avec l’idée de "se concentrer sur la GPA et la maternité lesbienne, qui me semblent les plus puissants révélateurs du travail de parentalité".

Pour ce faire, elle réalisera des entretiens avec des professionnels de la maternité des Bluets et du centre hospitalier Saint-Pierre (Belgique) ; des femmes et des hommes ayant recours aux techniques de PMA et des gestatrices nord-américaines ayant porté des enfants pour des couples français.

Rémi BERANGER

Fongicides et développement de l’enfant

C’est dans le cadre d’une recherche postdoctorale en épidémiologie que Rémi Béranger, qui fait partie de l'équipe 9 du laboratoire IRSET - INSERM U1085, étudie les effets des fongicides sur le développement de l’enfant, en particulier sa croissance intra-utérine, en se basant sur la cohorte nationale mère-enfant dite Elfe (pour "Étude longitudinale française depuis l’enfance").

Certes, de récentes recherches ont cherché à caractériser les risques liés aux pesticides pour la population. Mais elles se sont limitées à l’exposition alimentaire ou à quelques classes chimiques. En revanche, l’exposition aux fongicides reste mal connue, malgré son usage courant en France (46 % des ventes de produits phytosanitaires, en volume, d’après Eurostat).

Les azolés et les carbamates, en particulier, sont utilisés en agriculture, mais aussi dans le cadre domestique (jardinage) ou en médecine humaine. L’exposition à ces produits chimiques peut donc être à la fois professionnelle, alimentaire, domestique, médicale et même environnementale, pour les populations proches des zones d’application agricole. Or des études préliminaires sur l’homme et l’animal suggèrent des effets délétères sur le poids fœtal, le poids de naissance et le système endocrinien.

À partir de prélèvements de cheveux (permettant de mesurer l’exposition aux pesticides) et de données collectées à la naissance auprès des mères de la cohorte Elfe, Rémi Béranger se propose d’évaluer pour la première fois en France l’impact de l’exposition intra-utérine aux fongicides azolés et carbamates sur la santé du nouveau-né.

Il croisera ces données avec de nombreux autres paramètres : mesures échographiques et données anthropométriques de l’enfant, utilisation de pesticides à domicile, estimation de l’apport alimentaire journalier en pesticides, proximité des lieux de vie aux terres cultivées… Les résultats de cette recherche sont attendus pour la fin 2017.