Lauréats 2013

Découvrez tous les lauréats des Prix de Maïeutique

Maud ARNAL

Des douleurs de la mise au monde aux "doux leurres" des représentations

Actuellement étudiante en sociologie de la santé à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Maud Arnal est sage-femme à la maternité des Lilas, en Seine-Saint-Denis. Elle a reçu une bourse de la Fondation Mustela pour son projet de recherche de Master 2 intitulé "Des douleurs de la mise au monde aux "doux leurres" des représentations". À la fois qualitative et quantitative, la recherche de Maud ARNAL répond à trois objectifs principaux : analyser les représentations de la douleur des parturientes ; mettre en évidence une relation entre ces représentations et leur consentement au type de prise en charge ; définir les enjeux liés au contrôle de la douleur en obstétrique. Et elle cherche à répondre à une question centrale : quelle est la place du choix des femmes dans la gestion des douleurs de la mise au monde, au regard des techniques proposées par les sages-femmes ? Ce projet naît d’un constat : 80% des parturientes françaises ont recours à une péridurale, contre 47% en Angleterre ! Centrale en maïeutique, la gestion de la douleur est pourtant absente des débats politique et public. Maud Arnal souhaite donc éclairer d’un jour nouveau les pratiques d’accompagnement des sages-femmes et contribuer ainsi à la réflexion sur l’adéquation – ou non – des pratiques obstétricales actuelles. Elle s’appuiera sur son expérience aux Lilas, puisque cette maternité jouit d’une réputation de prise en charge alternative de l’accouchement (massage, respiration, chant, acupuncture, sophrologie, bains, hospitalisation non systématique des femmes dont la poche des eaux est rompue prématurément…). Au-delà, cette recherche permettra d’affiner les recommandations en physiologie obstétricale et d’améliorer la santé périnatale. Un sujet d’une grande actualité, puisque les restructurations hospitalières dictées par les impératifs budgétaires tendent à médicaliser et à uniformiser les pratiques professionnelles.

Chloé BARASINSKI

Pratiques obstétricales durant le deuxième stade du travail

Sage-femme au CHU de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), Chloé Barasinski partage son temps entre l’activité clinique et la recherche. Elle consacre sa thèse de doctorat aux "pratiques obstétricales durant le deuxième stade du travail" dans le cadre de l’équipe de recherche en périnatalité PEPRADE, à l’université d’Auvergne. Il s’agit, d’une part, de décrire les pratiques maïeutiques physiologiques en France et d’évaluer si elles varient selon le type d’établissement, la région, la taille des maternités et l’ancienneté des sages-femmes. Et il s’agit, d’autre part, de mesurer l’efficacité de la glotte ouverte versus celle à glotte fermée, afin de définir laquelle des deux est associée à une moindre morbidité maternelle et néonatale, c’est-à-dire la pertinence de la position allongée (qui ne s’est véritablement généralisée qu’au début du XXe siècle) plutôt que verticale et mobile. Chloé Barasinski s’appuie sur plusieurs travaux de recherche antérieurs : son Master 2 sur, la réduction de la morbi-mortalité liée aux hémorragies du post-partum, au sein du réseau de santé périnatale de la région Auvergne, ainsi qu’une évaluation des pratiques professionnelles sur le suivi de grossesse au CHU de Clermont-Ferrand.